Actualités, travaux en cours

Etude sur les maisons anciennes de la région des Trois Provinces

 

Dans le cadre d’une journée d’études qui aura lieu à Jussey en 2018, nous sommes à la recherche d’informations sur les maisons anciennes (XVe, XVIe, première moitié du XVIIe siècles), notamment celles situées à Coiffy, Varennes, Vicq, La Rivière-Amoncourt, Jonvelle, Vougécourt, Cendrecourt, Cemboing, Vauvillers, Jussey, Saint-Julien, Les Thons, Tignécourt, Serécourt, Bourbonne-les-Bains, et villages voisins. Cette étude historique a pour objectif d’identifier les unités de mesure utilisées par les bâtisseurs de l’époque et de tester les influences réciproques entre les trois provinces.

 

Un retour personnalisé sur les résultats de l’étude sera effectué pour chaque participant qui le souhaite. Les données individuelles ne seront pas communiquées aux autres participants, seules les données statistiques seront publiées (moyennes…).

 

Localité :

Date de la construction (précisez si elle est estimée ou attestée) :

 

a) portes et fenêtres :

Pour chaque porte ou fenêtre ancienne, merci d’indiquer les mesures exactes en cm :

 

Largeur de la porte (entre les deux montants à l’extérieur de l’encadrement ou dormant de la porte) :

 

Hauteur de la porte (entre le seuil et le linteau) :

 

Largeur de fenêtre (entre les deux montants à l’extérieur de l’encadrement ou dormant de la fenêtre) :

 

Hauteur de fenêtre (entre l’appui et le linteau) :

 

Précisez si la fenêtre est au rez-de-chaussée ou à l’étage, si le linteau est droit ou arrondi à l’intérieur, si elle dispose d’un ou plusieurs meneaux verticaux, horizontaux (traverse) ou d’une croisée (meneau vertical croisant une traverse horizontale).

Fene tre avec linteau arrondi a l interieur

b) escalier à vis intérieur ou hors œuvre  (si présence):

 

Hauteur des marches :

Nombre de marches entre le rez-de-chaussée et l’étage :

Nombre de marches entre l’étage et le grenier :

Forme des marches sur leur dessous : droite, avec un angle ou arrondie

 

S’il y a une petite fenêtre à mi-hauteur, à quelle hauteur de la marche se trouve l’appui :

Hauteur de fenêtre (entre l’appui et le linteau) :

Largeur de fenêtre (entre les deux montants) :

 

Si vous souhaitez un retour sur les résultats de l’étude : Prénom, nom et coordonnées du correspondant ayant mesuré et rempli la fiche :

 

Les personnes intéressées par cette étude peuvent prendre contact avec Jean-Luc Volatier (jlvolatier@yahoo.fr) ou Paul Delsalle (paul.delsalle@univ-fcomte.fr ; tél. 06 85 33 91 81).

Dessousdemarchearrondi

Des paysans au temps de la poule au pot, sur les plateaux de la haute Saône, 1580-1635

L'ouvrage est disponible :

il reste encore quelques exemplaires

Bon de commande : Bon de commande 2Bon de commande 2 (4.67 Mo)

Couverture

Louis de Chalon

Publier des textes fait partie des principaux objectifs de notre groupe de recherches. Depuis deux ans, nous préparons la publication d'une enquête menée dans le comté de Bourgogne après la mort de Louis de Chalon, prince d'Orange, sire d'Arlay. Le dossier est conservé aux Archives départementales du Doubs, sous la cote 7 E 1350-1.  

La transcription a été faite par Bénédicte Jeanningros, Jean-Pierre Bévalot et Laurence Delobette.

L'annotation et le commentaire sont préparés par Laurence Delobette et Michael Depreter.

Une contribution sera apportée par Michael Depreter au sujet des mentions de l'armement  disponible dans les différents chateaux forts des Chalon.

La parution du volume devrait intervenir avant lle mois d'avril.

Excursion à Coligny et Saint-Amour

Dans le cadre de la préparation de l'édition des cartes tibériades, les membres de ce groupe de recherches ont participé à une excursion du côté de Saint-Amour (Jura) et Coligny (Ain).

 

Le site du château de Coligny-le-Vieux

Excursion colignyExcursion Coligny St-Amour (26.36 Ko)Img 1800

 

Les montres d'armes de 1632.

Edition des textes.

Auteur : Alain JACQUENOT

Parution du tome 2

Bon de commande : Encart livre tome 2Encart livre tome 2 (398.01 Ko)

Croix et calvaires, 1598-1633

Franche-Bourgogne prépare un ouvrage sur les croix et les calvaires érigés dans le comté de Bourgogne et le diocèse de Besançon à l'époque des Archiducs Albert et Isabelle, donc entre 1598 et 1633, sous l'épiscopat de Ferdinand de Rye (archevêque de 1586 à 1636).

Cette vaste enquête est coordonnée par Guylaine Simonin

Les personnes qui souhaitent participer à ce travail de grande ampleur et apporter des informations peuvent se mettre en rapport avec nous (cf. contact) : précisez la localité ou les localités retenant votre attention. Pour chaque village (et chaque ville), il s'agit de repérer les croix et calvaires datant de cette période, subsistant ou ayant existé. Une notice par édifice est établie, comportant toutes les précisions recueillies (localisation, dimensions, matériaux, inscriptions, etc.) et un dossier photographique.

Vous trouverez ci-dessous la fiche. Elle n'est pas en PDF afin de vous faciliter le travail. Il suffit donc de la copier puis de remplacer les rubriques par les différents paragraphes complétés et rédigés.

Télécharger la fiche : Fiche calvaire 1Fiche calvaire  (96.65 Ko)

La parution de l'ouvrage est prévue pour 2017.

La neuvelle calvaire 1 img 8230

Architecture colloque sur Hugues SAMBIN, menuisier et architecte, XVIe siècle

Colloque à la Faculté des Lettres de Besançon

Organisation : Catherine Chédeau

Ce colloque a été soutenu par Franche-Bourgogne.

Programme : Programme samblin lightProgramme Samblin light (476.11 Ko)

De la paléographie au travail sur le terrain : visite de Jussey et de Bougey

Les membres du groupe de paléographie, qui transcrivent et éditent le ms 902 (voir notre rubrique Publications), ont participé le samedi 30 mai 2015 à une sortie dans l’ancienne prévôté de Jussey, organisée par Franche-Bourgogne.
La journée a débuté par un accueil de M. le maire de Jussey, heureux d’apprendre qu’un travail de recherches historiques était en cours. Lucien Billy a ensuite guidé la visite de la vieille ville, depuis le site du château comtal sur le mont des Capucins jusqu’à l’église Saint-Pierre qui conserve notamment une statuette de Montaigu, en passant par différentes demeures des XVe, XVIe et XVIIe siècles, les anciennes tours octogonales, la Maison Billy, la pietà, le prieuré Saint-Thiébaut et bien d’autres témoignages.

Chemin faisant, les participants n’ont évidemment pas négligé l’exceptionnel patrimoine de Jussey concernant les périodes plus récentes : toute l’histoire économique et sociale du dix-neuvième siècle y est illustrée : hôtels particuliers, balcons en fer forgé, halle au blé, fontaines monumentales, lavoirs, statues de Cérès et de Marianne, etc.

Après le déjeuner, le groupe a pris la route de Bougey pour découvrir les vestiges de l’ancienne forteresse frontalière, château très original qui soulève une multitude de questions. Les participants ont apprécié la qualité des travaux de restauration et d’animation pour la mise en valeur du lieu, ainsi que l’accueil chaleureux des propriétaires, M. et Mme Guyot de Saint-Michel.

N.B. Voir la notice sur Jussey, à la rubrique : Lieux

Bougey 8913Bougey2

     

 

 

 

 

 

 


 

Vie religieuse et art baroque dans le Jura comtois

Sous la direction d’Emmanuel Buselin et Jean-François Ryon,  une magnifique publication fait le point sur les splendeurs de l’art baroque dans le Revermont jurassien (autour de Poligny, Arbois, Salins) à partir des témoignages qui subsistent : objets de piété, livres, chasubles, bannières de procession, chapes, calices, reliquaires,  mais surtout les tableaux d’autels, les statuettes, les christs et les retables.

L’ouvrage est à la fois un catalogue d’exposition et un recueil d’études savantes dues à Emmanuel Buselin, Jean-François Ryon, Corinne Marchal, Sylvie de Vesvrotte, Bénédicte Gaulard et beaucoup d’autres spécialistes. On notera tout particulièrement les exposés sur le renouveau du catholicisme dans la foulée du concile de Trente, la création architecturale, la messe, le culte marial (Notre-Dame Libératrice à Salins), le culte des saints (une évocation des prénoms choisis aurait été appréciée), la dévotion christique et le mécénat artistique. Certaines approches sont encore plus neuves ; c’est le cas de la musique en usage dans les sanctuaires, traitée par Jean-Paul Montagnier. A travers tous ces textes, on voit bien l’importance des nouveaux ordres et congrégations, du clergé désormais mieux formé, du dynamisme des confréries urbaines ou villageoises bien encadrées. C’est dire que ce livre dépasse largement le cadre de l’art baroque jurassien ; il s’agit bien d’une synthèse de la vie religieuse et artistique comtoise centrée sur le XVIIe siècle tridentin.

Le livre est de grand format, magnifiquement illustré comme il se doit pour mettre en valeur les nombreuses œuvres d’art conservées dans les églises, les couvents ou les musées. Il est vraiment dommage que le texte soit imprimé en petits caractères et en gris pâle, ce qui rend la lecture très difficile !

L’idée qui ressort de cet ouvrage est celle d’une Franche-Comté catholique triomphante  très éloignée de l’image qu’on en donne habituellement. Certes, le XVIIe siècle est marqué par une dépression économique, par des misères sociales, des épidémies et des guerres ; cela n’empêche pas une vie religieuse aussi intense qu’au siècle précédent et une expression artistique exceptionnellement créatrice et féconde, fortement influencée par les Flandres.

À feuilleter pour le plaisir et à lire pour s’instruire. Une réussite.

 

Splendeurs baroques en pays du Revermont.

Les arts au service de l’Eglise catholiques (1571-1789),

Arbois, Musée d’art, 2014.